Accueil
Gîtes
Cartes postales
Entreprises
Forum  flux rss forum
News    flux rss news
Partenaires

Photos:





COURVIERES

Courvières se trouve situé sur une voie de passage importante, celle qui conduisait de Pontarlier à Salins par Frasne et Boujailles. On comprend l'enjeu que représentait, au Moyen Age. le contrôle de cet axe de communications et la lutte d'influence que se sont livrés les seigneurs de la région sur l'Arlier en général.

Ce sont d'abord les sires de Joux qui imposent leur domination, relayés ensuite, après 1250, par la maison de Chalon ; Henri de Joux doit s'incliner devant la victoire de Jean je Chalon et se reconnaître son vassal, pour ses fiefs de : Joux, Usier, Dommartin et Courvières. Au XVIe siècle, la seigneurie de Courvières est encore entre les mains des sires de joux, qui y disposent de tous les droits de -justice. Pourtant à la fin du siècle, apparaissent d'autres titulaires de fiefs, les Watteville en particulier. En 1584, le dénombrement de la terre de Courvières est réalisé par Nicolas de Watteville et sa femme Anne de Grandmont, dite de Joux ; au siècle suivant (1620), Pierre de Watteville (un des trois fils de Nicolas) est seigneur d'Usier, d'Ouhans et de Courvières. Dom Carlos (fils aîné de Pierre) est comte de Courvières, tandis que Dom .Juan (fils cadet de Pierre) devient Abbé de Baume-les-Messieurs. Mais c'est ce dernier qui, en 1683, vend la seigneurie de Courvières à Claude-François Compagny (avocat du roi au siège de Pontarlier), qui devait également étendre ses biens dans le val d'Usier. En 1685, un nouveau dénombrement de la terre de Courvières est réalisé par Compagy et confirme donc le transfert de propriété. La fille de Claude-François Compagny Marie-Gabrielle, épouse (1692) Charles Monnier, seigneur de Mamirolle et de Noironte... qui hérite donc d'Usier et de Courvières à la mort de son beau-Père en 1700 ; il achète en 1711 la charge de Premier Président à la Chambre des Comptes du Comté de Bourgogne et devient marquis en 1713. La terre de Courvières reste en possession de la famille de Monnier jusqu'à la Révolution. Notons pourtant qu'en 1759 le marquis de Monnier est condamné à faire hommage au prince d'lsenghien (héritier des biens de la famille de Nassau-Orange, elle même héritière des Chalon), pour sa terre de Courvières, déclarée mouvante de la seigneurie de La Rivière. II faudrait noter ici les problèmes, nombreux, que posent les relations de la terre de Courvières avec les seigneuries voisines d'abord, puis, à la période moderne, avec les autres communes limitrophes. En 1440, une enquête vise à délimiter les seigneuries de Chalamont et de Courvières ; en 1541 un procès oppose les habitants et ceux de Boujailles à propos des droits de pâturage " à Juravert " ; au XVIIIe siècle encore, une contestation territoriale provoque un nouveau procès, avec Frasne cette fois.




La présence humaine à COURVIERES remonte à la protohistoire (correspond à l'existence de documents écrits rares sur l'histoire des sociétés) car l'exploitation d'une carrière a permis de mettre au jour une grotte renfermant trois haches en bronze de type de NEYRUZ (caractéristique de la Suisse occidentale dans la toute première partie du Bronze Ancien) Mais, peu de documents existent qui permettraient de faire lien entre la première étape du peuplement et la période médiévale c l'existence de COURVIERES est attestée dès le XIIIème siècle. La première mention de notre village apparaît dans les recueils de CHALON en 1250 sous la forme de "CORVIERES". Si l'on se penche sur le nom de notre village, celui-ci a connu bien des modifications. CORNIERES - COIGNIERES - CORVIERE CORVIERES(1250) et COURVIERES(1262). On voit traditionnellement dans les "COURVIERES" des lieux hantés par les corbeaux ; Toutefois les hésitations des formes anciennes interdisent 1a certitude ; COURVIERES pouvait être aussi un dérivé c "corne" avec le sens de "champ"

VIE QUOTIDIENNE:

Malgré la rudesse du climat, la polyculture prédomine jusqu'à la fin de l'ancien régime. Mais le manque de bois semble avoir souvent posé des problèmes. En 1,939 Jean de Chalon, qui impose sa domination sur COURVIERES, accorde aux habitants un droit d'usage dans les forêts de 1 Joux moyennant une redevance. Les guerres, les calamités ont touché notre village. L'épisode le plus dramatique se situe au XVIIème siècle. En 1.636, les habitants sont victimes de la peste ; c'est d'ailleurs à proximité du cimetière où étaient enterrés les pestiférés qu'a été érigée la petite chapelle de Notre-Dame des Sept Douleurs. La même année ceux qui restent sont victimes de la grêle qui détruit les récoltes. En 1639, la contrée est ravagée par les "Suédois" de Bernard c Saxe - Weimar En 1657, il n'y a plus que 88 habitants. Leur nombre remonte au XIXème siècle ; 457 habitants sont recensés en 1826 ; 496 en 1876 (chiffre qui n'a pas été dépassé depuis.) L'élevage se développe, ce qui justifie la présence de deux sociétés de fromagerie en 1891 ; les céréales régressent mais, en 1836, 162 ha leur sont consacrés. II existe une scierie et un moulin à vent qui n'a jamais fonctionné ; destiné à un système d'alimentation en eau, il est tombé en panne le jour de son inauguration et ne fut jamais remis en état. En 1991, on a toujours une scierie. Les petits artisans (cordonnier, couturière) ont disparu, mais il y a deux transporteurs et un boucher. Le nombre d'exploitants agricoles ne cesse de diminuer ; Ils ne sont plus que 11. Ils disposent d'une surface agricole utile de 600 ha qui permet d'élever environ 800 bovins et 4290 meules de gruyère ont été fabriquées par la fruitière grâce à 1 793 750 Kg de lait. Voici quelques éléments sur notre village qui nous l'espérons vous donneront envie d'en savoir plus sur notre histoire.

Fabienne DELACROIX

Bulletin municipal 1991

Remerciement particulier à M.René Boissier pour le prêt des cartes postales que vous pouvez également découvrir sur son site:http://www.cpa25.com/ .

Nombre de visiteurs:
7867
©courvieres.2007